Artournons à l'école Leçon N°5    25-06-2006

La famille et les amis

(Leçon N° 5)


L'famile


Nous famile al s'composse de ch'père, de l'mère et d'ches infants.


Ch'père i va au traval, l'mère aussi achteure ; dins l'timps, pour ch'père ch'étot souvint à l'fosse, l'mère al ténot sin bien ménache : faire à minger, nettier (nettoyer) ches affaires (vêtements), faire ch'samedi (nettoyage hebdomadaire), aller à commissions (faire les courses).

Pour ches pitits infants, in dit ch'nénin, ch'quinquin, ch'tchiot ou l'tchiote

Pour ch'baptein-me(baptême), ches parints i sont invités à " l'bardalée ", repas de fête en l'honneur " de ch'pitit Jésus ".


Tout pitits, i sont dins ein berche (berceau), pus tard dins ein cadeau (petit fauteuil).Ches garchons i jutent aux mapes (billes), à bidet (à cheval) ou bien i vont à l'maraute (maraude), chez files al jutent à l'poupée, à l'corte (corde).


Souvint, files et garchons i s'battent, pasque ches garchons i sont méquants (mauvais) et ches files ch'est des pizinques (méchantes). Mais nan, ch'est pour rire, tous ches jon-nes i sont brafes !


Quand in z'a querre(quand on les aime), ches des bradés,

Pour les indormir, in leu cante ein' canchon dormoire (comme l'pitit quinquin) ou bien ein' vieile canchon d'dins timps.


Pour les nourrir, leu man-man al leu donne l'tototte (le sein)


Pour leu dints ou pour les impêcher d'braire (pleurer), i z'ont ein' tututte (tétine) aveuc du chuque candi qui guile (qui coule).


Edsus, i a ch'taïon (pépère), l'taïon-ne (mémère), et com-me i sont viux, i tren'tent (tremblent), i z'ont pus d'dints et i sont souvint malates.


Ches matantes et ches mononcs.


Cor edsus, i a ch'ratataïon (arrière-pépère) et l'ratataön-ne (arrière mémère).


Les ami(e)s


In déhors de l'famile, i a les amis : dins ch'nord, i a surtout des camarates ( dont on dit peu élégamment, " un camarate, ch'est pont dé l'pichate (urine)!" à qui on s'adresse en disant " fieu ", avec qui " in bouot ein d'mi ou ein' chope d'bière, et mein-me ein g'nièfe (genièvre) " au cabaret (café ou bistrot).


A part la bière, " in bouot (on boit) aussi du café ,qualifié de " chirloute " s'il n'est pas bon ; bien arrosé avec du rhum de préférence, ce café devient " l'bistoulle ".

Ces dames, elles, boivent " ein verre d'douche " (boisson douce) ou " ein' limonate ", sans compter " l'goutte ed jus " qui favorise les " tapettes " (ou grandes langues).

Autrefois, les jours de fête (ducasse en particulier), les mineurs faisaient " Barabas " en honorant tous les cafés et buvettes du village. Autre tradition, quelques jours avant la Sainte Barbe, leur patronne, les mineurs faisaient double poste pour gagner de quoi fêter dignement cet événement.



FERMER CETTE FENÊTRE